Journée d'études internationale

Associons
nos savoirs

Lundi 11 décembre 2017

FIAP Jean Monnet

30 rue Cabanis, 75014 Paris

L’objectif de la journée d’études Associons nos savoirs est de mobiliser acteurs, destinataires et partenaires de la formation des univers du social et de la santé sur le sujet de la participation des personnes soignées ou accompagnées aux dispositifs de formation.

Il s’agit à plus long terme d’ancrer, grâce à ces nouvelles composantes pédagogiques, le changement de paradigme de la relation professionnels / personnes accompagnées ou soignées : passer d’un face-à-face entre des professionnels du soin ou du travail social « qui savent » et des personnes ou patients « qui ne savent pas », à un partenariat entre des personnes détentrices de savoirs expérientiels de natures différentes.

A terme, c’est de rééquilibrer les relations professionnels/personnes accompagnées ou soignées qu’il s’agit, en tenant compte également des savoirs et des expériences des aidants et de celles des étudiants, dans une optique de démocratie en santé profondément renouvelée.


Avec le soutien de :


Programme de la journée

9

expériences


De co-formation

1

trait-d'union


Usagers, chercheurs, étudiants, professionnels

4

Plénières


Enjeux et perspectives

Vers la légitimité : émergence de nouveaux savoirs, enjeux de leur reconnaissance

9:30 / 11:00 – Conférence plénière

Olivier Las Vergnas, professeur à l’université des sciences et technologies de Lille, Marie Citrini, patiente enseignant, Raoul Dubois, délégué du comité consultatif régional des personnes accueillies et accompagnées Nord-Pas-de-Calais. Animation Alice Casagrande, directrice vie associative, innovation et formation, FEHAP

9 expériences de co-formation

13:00 / 13:45

Déjeuner

9 expériences de co-formation

13:45 / 15:30 – Ateliers

Troisième et quatrième ateliers de 45 minutes au choix

Trois expériences de co-formation au prisme de la recherche

15:30 / 16:00 – Conférence plénière

Olivia Gross, chercheur associée au LEPS de l’Université Paris 13

Enseignements-clé des échanges en ateliers

16:15 / 17:00 – Conférence plénière

Les animateurs des ateliers, autour de Marcel Jaeger, titulaire de la chaire de travail social et d’intervention sociale au Conservatoire National des Arts et Métiers

Regard d'un grand témoin

17:00 / 17:15 – Conférence plénière

Philippe Denormandie, directeur des relations santé de MNH Group

Construire une communauté des savoirs : quelles perspectives pour la participation des personnes accompagnées et soignées et de leurs proches aux dispositifs de formation ?

17:15 / 17:40 – Conférence plénière

Paul Morin, Professeur titulaire et directeur de l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke (Québec) et Jean-Christophe Guillemin, étudiant en études infirmières à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers Montceau

Les ateliers

L'expérience Alfapsy

"Formateur Pair"


Atelier animé par Elisabeth Daminani, formateur pair et Frédérique Zimmer, directrice d’Alfapsy.

Alfapsy est un organisme de conseil et de formation en santé mentale créé par l’œuvre Falret, qui propose des actions qui valorisent l’acquisition de connaissances théoriques et de compétences, ainsi que l’échange d’expériences. Sa mission est ainsi de favoriser l’évolution des pratiques dans l’environnement et la mise en place de conditions propices pour les professionnels et les personnes en souffrance psychique avec lesquelles ils sont amenés à être en lien.

L’une des spécificités d’Alfapsy réside dans sa collaboration avec des professionnels et des formateurs-pairs. Les formateurs-pairs sont des personnes connaissant ou ayant connu des troubles psychiques qui ont développé des savoirs expérientiels de la maladie et savent mieux que quiconque transmettre ce qui est vécu de l’intérieur.

Ils sensibilisent ainsi au changement de posture nécessaire et au regard différent qu’il nous faut porter sur les personnes en situation de troubles psychiques en s’appuyant sur leurs potentiels pour qu’elles puissent investir ou réinvestir leur place de citoyen.

Cet atelier propose de partager cette expérience de l’état de projet : la conviction de la nécessité de s’appuyer sur les personnes concernées par les troubles psychiques à la construction d’une formation de formateur pair pour préparer les personnes à co-construire et co-animer des modules de formation et les premiers retours d’expériences après la réalisation des formations.

L’expérience de l’Institut catholique de Lille

DESHMA, DEvelopper la Sensibilisation au Handicap Mental par les Auto-Représentants


Atelier animé par Agnès d’ARRIPE, Maître de Conférences en SIC - HADéPaS, Université Catholique de Lille ; Jean MYLONAS auto-Représentant - SISAHM asbl, Jacques LEQUIEN et Dominique FLEURENT, auto-représentants - Section des Usagers de Montigny en Gohelle ; Cédric ROUTIER, directeur de Recherche, HADéPaS, Université Catholique de Lille

Inscrit dans le sillage de la Convention des Nations Unies pour les droits des personnes handicapées et de la loi française du 11 février 2005, qui font de la participation des personnes handicapées un droit fondamental et un défi majeur, ce projet soutient la participation et le pouvoir d’agir des personnes ayant une déficience intellectuelle au sein des milieux universitaires.

Nous avons mis en place des cours sur la thématique du handicap mental et la déficience intellectuelle avec des enseignants dont certains sont eux-mêmes porteurs d’une déficience intellectuelle. L’enjeu est de sensibiliser les étudiants à leur expérience de vie (leur vécu, leurs capacités, leurs compétences) et, conjointement, de créer les conditions d’une participation effective des auto-représentants à la dynamique pédagogique. Différentes thématiques sont abordées au long d’un module de 18h, choisis durant deux journées de co-conception collective, rassemblant des personnes en situation de handicap, des enseignants-chercheurs, des étudiants et des professionnels du handicap. Nous permettons ainsi un accès à la connaissance « profane » et expérientielle dans des formations académiques classiques, plus souvent focalisé sur les savoirs « experts ». L’objet de cet atelier sera de présenter le processus de travail et de co-construction des objectifs pédagogiques, des méthodes et outils d’enseignement et de l’évaluation des étudiants avec les personnes ayant une déficience intellectuelle.

L’expérience de l’Institut catholique de Lille

DESHMA, DEvelopper la Sensibilisation au Handicap Mental par les Auto-Représentants


Atelier animé par Agnès d’ARRIPE, Maître de Conférences en SIC - HADéPaS, Université Catholique de Lille ; Jean MYLONAS auto-Représentant - SISAHM asbl, Jacques LEQUIEN, auto-Représentant - Section des Usagers de Montigny en Gohelle ; Cédric ROUTIER, directeur de Recherche, HADéPaS, Université Catholique de Lille

L’expérience de l’Association des Paralysés de France

Quand une aidante familiale participe à la formation de pairs et de professionnels


Atelier animé par Clotilde Girier et Chantal Bruno, aidante familiale pairformatrice

Face au constat à la fois quantitatif et qualitatif concernant les besoins des aidants familiaux et après un recueil des besoins dans notre réseau associatif et la mobilisation du groupe national parent, l’APF, soutenue par la CNSA, a monté un projet visant à déployer des actions de sensibilisation-formation des aidants familiaux et proches aidants.

Ces sensibilisations-formations sont dispensées par un binôme composé d’experts de la thématique abordée et d’aidants pair-formateurs. Avant la mise en place de ces actions et afin d’étayer dans leur rôle les pairformateurs, nous leur avons proposé une formation de formateurs de 3 jours elle-même animée par un formateur ‘professionnel’ et une personne aidante. Cet atelier propose de rendre compte de l’apport de la personne « aidante » lors de la formation de formateurs avec deux axes d’observation : celui de l’aidante et celui des caractéristiques et de l’impact de son apport.

L’expérience de la Fehap

L'expertise d'un patient pour mieux former les professionnels paramédicaux sur la mise en oeuvre d'un projet de soins personnalisé


Atelier animé par Matthieu Elgard, formateur, et Gilles Lucas, représentant d’usagers concerné par la maladie chronique

Dans le cadre de ses réflexions sur les bénéfices de la co-formation, la Fehap a souhaité proposer à ses adhérents du champ de la santé une action de formation co-animée par un formateur de métier et un représentant des usagers de l’univers de la santé, identifié grâce au réseau de ses adhérents. Portant sur le champ spécifique de la maladie chronique, cette action de formation supposait de faire évoluer une offre déjà existante et réalisée sur le même sujet par un formateur seul, pour créer un dispositif nouveau, autour d’une thématique centrale dans le champ de la chronicité : le passage de l’ambition éthique de servir un projet de vie à la construction concrète, professionnelle, pluridisciplinaire, d’un outil qui permette la coordination de tous les acteurs impliqués, un projet personnalisé de soins.

La construction de cette formation, les résistances qui ont du être levées pour la voir naître, les réactions des participants et les enseignements que l’on peut en tirer pour une généralisation du principe de co-formation à de nouveaux publics, en particulier cadres dirigeants et membres de la gouvernance, seront l’objet de cet atelier.

L’expérience de la Fehap

L'expertise d'un patient pour mieux former les professionnels paramédicaux sur la mise en oeuvre d'un projet de soins personnalisé


Atelier animé par Matthieu Elgard, formateur, et Alice Casagrande, directrice vie associative, innovation et formation à la FEHAP

L’expérience de l’EFEC

Développer ses compétences pour mieux accompagner l'annonce d'un cancer grâce à une patiente-formatrice


Atelier animé par Pascale Breton, patiente-formatrice et Françoise Charnay-Sonnek, responsable pédagogique de l’EFEC

L’action de formation continue pour les professionnels de santé en cancérologie « La relation soignants/soignés lors de l’accompagnement dans le cadre du dispositif d’annonce » vise à développer les habilités relationnelles pour la conduite d'entretien et mener une analyse réflexive sur ses pratiques. La co-animation d’une patiente-formatrice pendant la première journée de cette formation est devenue un atout plébiscité par les stagiaires qui remet en question leurs pratiques professionnelles afin de les améliorer. Ce sont les modalités pédagogiques concrètes et les enseignements de cette formation qui seront l’objet de cet atelier.

L’expérience PEP 13

Un programme de patients-enseignants dans la formation initiale des médecins généralistes


Atelier animé par le Dr Yannick Ruelle, maître de conférence associé à l’Université Paris 13 et Olivia Gross, chercheur associée au LEPS de l’Université Paris 13

En 2014, l’équipe pédagogique du Département Universitaire de Médecine Générale (DUMG) de Paris 13 a initié une réforme de son enseignement facultaire. Cette réforme avait notamment pour objectif de respecter le référentiel national d’apprentissage par compétences dont la compétence centrale est l’approche centrée patient. En toute logique avec cette visée, le DUMG, a institué un programme ambitieux où une vingtaine de patients-enseignants collaborent à toutes les étapes pédagogiques du cursus du D.E.S. : à la commission pédagogique, aux enseignements, à leur conception, à l’évaluation des internes. Un ensemble de recherches dirigées par le DUMG et le Laboratoire d’Éducations et Pratiques de Santé (LEPS EA3412) encadrent le programme. Cet atelier sera l’occasion de présenter les principaux résultats qui portent sur sa faisabilité et sa pertinence.

L’expérience PEP 13

Un programme de patients-enseignants dans la formation initiale des médecins généralistes


Atelier animé par le Dr Yannick Ruelle, maître de conférence associé à l’Université Paris 13 et Olivia Gross, chercheur associée au LEPS de l’Université Paris 13

L'expérience ATD Quart-Monde sur le croisement des savoirs et des pratiques

Co-formation entre professionnels de la protection de l’enfance et parents concernés


Atelier animé par Laurent Sochard, psychosociologue, praticien-chercheur, et Betty Dezalais, formatrice-consultante (approche interculturelle et lutte contre les discriminations)

La démarche du Croisement des savoirs et des pratiques avec des personnes en situation de pauvreté© est une philosophie, une manière d’être et d’agir qui se concrétise dans des actions de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. C’est une recherche des conditions à établir pour permettre à des personnes en situation de pauvreté d’être réellement partenaires avec d’autres, de la construction d’une société plus juste.

Cette démarche implique : de regarder chaque personne en situation de pauvreté comme quelqu’un qui réfléchit et peut m’apprendre ce que personne d’autre ne peut m’apprendre sur la pauvreté et la société ; d’accepter de questionner son propre savoir, ses représentations, ses pratiques et être prêt à faire place aux questions nouvelles et aux savoirs encore méconnus que portent les plus exclus ; d’être convaincu que la société a besoin des personnes en situation de pauvreté, de leur savoir et savoir-faire, croisés avec d’autres savoirs et pratiques. La démarche appliquée au champ de la protection de l’enfance provoque chez les professionnels de profondes prises de conscience et leur donne l'énergie d’engager de fortes évolutions de leurs pratiques. Partant de ce secteur, nous réfléchirons aux conditions requises pour y parvenir et à d’autres champs d’applications possibles pour cette démarche.

L’expérience de l’IFSI de Montceau les mines

Les « patients-formateurs » en formation initiale infirmière : le point de vue des étudiants et des formateurs « professionnels » en 2017


Atelier animé par Jean-Christophe Guillemin, étudiant infirmier, et Isabelle Monnot, cadre de santé formateur à l’IFSI Montceau

Quelles sont, en 2017, les représentations et les attentes des étudiants infirmiers concernant les « patients-formateurs » dans la formation initiale ? Mais aussi, quelles sont les représentations, les attentes et les possibles collaborations pédagogiques envisagées, avec les « patients-formateurs », par les formateurs « professionnels » (cadres de santé formateurs IFSI et tuteurs de stage) en formation initiale infirmière en 2017 ? Il est ici proposé de rendre compte de 3 enquêtes menées au printemps 2017, en région Bourgogne Franche-Comté, et présentant un état des lieux face à ces questionnements.

L’expérience de l’IFSI de Montceau les mines

Les « patients-formateurs » en formation initiale infirmière : le point de vue des étudiants et des formateurs « professionnels » en 2017


Atelier animé par Jean-Christophe Guillemin, étudiant infirmier, et Isabelle Monnot, cadre de santé formateur à l’IFSI Montceau

Nouvelles technologies, nouveaux chemins pour la transmission des savoirs des personnes souffrant d’addictions


Atelier animé par Pierre Chappard, coordinateur du Réseau Français de Réduction des Risques, et Emmanuelle Jouet, chercheur en sciences de l’éducation, Laboratoire de Maison Blanche

Dans le champ des addictions, la culture de l’intervention des personnes concernées dans le système de soins, d’accompagnement, de recherche et de formation s’est institutionnalisée dans la dynamique de lutte contre la contamination du VIH-Sida auprès des injecteurs de produits, au cours des années quatre-vingt dix. De fait, ce sont les usagers de drogues qui ont impulsé les politiques publiques de réduction des risques et des dommages en interpellant alors les pouvoirs publics et les acteurs de santé public et en se posant comme les personnes détentrices des savoirs d’expérience des pratiques de consommation de drogues. Leurs actions de formation des professionnels de terrain, des décisionnaires politiques et des usagers ont eu des effets majeurs, puisque que non seulement la contamination explosive a cessé au sein de cette population mais plus avant, les concepts de l’accompagnement ont reconnu et pris en compte les savoirs d’expérience. Les usagers de drogues sont depuis présents dans les cursus de formation des étudiants et des professionnels.

De plus, aujourd’hui, les modalités classiques de formation continue et initiale ne sont pas les seuls dispositifs formatifs à disposition pour les acteurs du champ. En effet, profitant du développement des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) et de leur déploiement massif dans le domaine de la santé, les usagers de produits psychoactifs génèrent des outils nouveaux d’information et de formation, comme le site PsychoActifs.org, pour produire, dans des mouvements communs avec les professionnels et les personnes concernées de nouvelles connaissances et de nouveaux savoirs. C’est ce dont il sera question dans cet atelier.

Inscriptions

Inscription en ligne avant le 5 décembre 2017

L'inscription sera confirmée à réception du règlement par la FEHAP

Participation aux frais de la journéé : 35€ par personne

Règlement par chèque à envoyer à :

Service Formation - FEHAP - 179 rue de Lourmel - 75015 Paris

En précisant au dos du chèque les noms des participants concernés

Journée éligible
au titre de la formation professionnelle
continue

Partenaires de l'événement

Documentation

Retrouvez ci-dessous tous les documents relatifs à l'événement